#14 Le casino de San Sebastian

8.12.17

Casino à San Sebastian  Espagne 1904

Nous savons maintenant que pendant l’été 1904, Monsieur Eugène et sa toute jeune épouse, s'en sont allés batifoler dans le Pays Basque - Biarritz puis San Sebastian en Espagne (cf #4). Des stations balnéaires très en vogue à l’époque. C’est donc très certainement lors du même périple que cette photo a été prise.

Le beau bâtiment qui se dresse sous nos yeux est le casino de San Sebastian. En tous cas à cette époque il était utilisé comme tel. Construit en 1887, il a fortement contribué au succès de la ville qui attirait alors toute une foule d’estivants drainés par la Reine Marie-Christine, veuve du roi Alphonse XII d’Espagne, qui avait fait de la “perle du Cantabrique” sa résidence d’été. Un peu plus tard, le casino sera fréquenté par le beau monde : des toréros renommés, Mata Hari, Trotski, Maurice Ravel, … Mais en 1924, prohibition oblige, les jeux sont interdits ; le casino ferme donc ses portes et finit juste après la guerre par être reconverti en mairie. Ce qu’il est toujours aujourd’hui. On remarque par contre que la grande fontaine devant le bâtiment et le kiosque n’existent plus ; et à contrario la statue du christ qui domine le Mont Urgull sur le château de la Mota derrière le casino, n’est pas encore en place (cf photo actuelle, cliquer ici). Elle ne le sera qu’en 1950. La célèbre plage de la Concha s'étend juste à gauche de la photo mais on la distingue à peine.

Il est 17h15. Une belle animation règne sur la place ensoleillée en cette fin d'après-midi. Les enfants, en bons petits basques, portent des espadrilles. Les messieurs sont pressés, d'autres badinent. Mais là n’est pas le plus important. Le clou de la photo est la belle élégante qui pose sagement devant la fontaine, avec son ombrelle, son éventail, ses froufrous et son invraisemblable chapeau ... Car cette belle dame n’est autre que Madame Eugène en personne !   

Un jour peut-être, qui sait, c’est Monsieur Eugène qui nous fera l'honneur de sa présence …

Vous aimerez aussi…

1 commentaires